• CAUDRON C362

    CAUDRON C362

    LA COUPE DEUTSCH DE LA MEURTHE

    L'Aéro- Club de France organise, pour mai 1933, une épreuve internationale de vitesse dont la formule, à la fois très simple et très nouvelle en matière aéronautique, doit retenir l'attention de tous les constructeurs, français et étrangers: c'est la nouvelle "Coupe Deutsh de la Meurthe".

    Conditions techniques: avoir démontré sur 100km une vitesse de 200 km/h, disposer d'un ou de plusieurs groupes moteurs dont la cylindrée totale ne dépasse pas 8 litres.

    Conditions sportives: départ en ligne et deux parcours de 1000km chacun, sur circuit de 100 à 200km, séparés par 1h 30mn de temps de ravitaillement neutralisé.

    Le vainqueur est le premier qui passe la ligne d'arrivée: pour l'épreuve de 1933, réservée aux plus lourds que l'air prenant le départ du sol, il reçoit 100 000fr (environ 68 000€).

                                                                                                                                    (L'Aéronautique juin 1932)

    DU R300 AU C362

    Marcel Riffard, alors directeur du bureau d'études de la société OMI (moteurs Chais)e se montra très intéressé par le défi que représentait l'étude d'un appareil susceptible de disputer cette coupe, aucun appareil de cette spécification n' existant sur le marché.

    Ce projet fut désigné R300.  Le moteur était nouveau: un 8 cylindres à plat d'une puissance de l'ordre de 300 cv (désigné 8C) s'intégrait dans un fuselage en profil d'aile, donc porteur. L'avenir s'annonçait très prometteur au vu des résultats obtenus par la maquette, en soufflerie.

    Trois mois après le lancement de l'étude, Marcel Riffard quitta l'OMI pour prendre la direction technique de la société Caudron. Il y fut rejoint peu de temps après par Otfinovsky qui avait participé au projet.

    Le projet du R300 se trouva donc abandonné à l'OMI.

    LE C362

     Le nouveau projet, fut d 'abord répertorié C360. Malgré une silhouette tout à fait différente, son apparentement aux formes et aux idées de base du R300 étaient tout à fait évidentes. Equipé d'un moteur, Régnier 215ch, il allait devenir le C366. Equipé d'un moteur Renault Bengali de 170ch il sera codé C362.

     Le C362 sera le chef de file, d'une longue lignée d'avions.

    " L'avion de course Caudron étonne par sa netteté, tout est simple et logique; rien de tarabiscoté, les solutions sont naturelles".        (Maurice Victor dans "Les Ailes" du 25 mai 1933).

    Trois cellules furent construites pour participer à cette coupe de 1933. Deux furent équipées du moteur Renault( C362 n° de course 6 et 11) et une équipée du moteur Régnier (C366 n° de course 8). Cette dernière fut d'ailleurs acquise par la société Régnier.

    Le C366 piloté par Vallot, s"écrasa , sans trop de mal pour le pilote, lors d'un essai quelques jours avant la compétition.

    Le C362 n°11 fut détruit au cours de l'accident mortel  de Ludovic Arrachart.

    Le C362 n°11, piloté par Raymond Delmotte fut le seul à participer à la course et se classa second avec une vitesse de 317.04km/h.

    A PROPOS DU BLEU DE FRANCE

    Les avions français étaient bleu dit "de France". Pour les personnes de ma génération, c'est, entre autre, le bleu des Renault et Alpine Gordini. Vous vous souvenez?

    Si je me fie au nuancier en ma possession, le code couleur RVB de ce bleu est (49,140,231). Deux problèmes se posent alors pour la restitution de ce bleu. Plus l'échelle d'une maquette diminue, plus le rendu visuel de la couleur fonce. Parlez en aux maquettistes plastique, ils connaissent bien. L'autre problème est le rendu à l'impression qui est fonction de la qualité d'impression choisie. Tout cela pour dire que l'arme absolue en la matière n'existe pas. En ce qui concerne mes maquettes,et à titre d'information, je travaille avec le maximum de résolution (600dpi) et j'imprime en qualité "meilleur" qui est un moyen terme entre les qualités normale et photo proposées par mon imprimante (une BrotherJ470DW, publicité mis à part choisie parce qu'elle a quatre cartouches d'encre (une par couleur de base). Mais ce n'est pas la seule!

    QUELQUES CONSEILS

    Le problème est de préserver au maximum la fluidité des lignes de cette avion qui était un peu la signature de Riffard. De ce fait, l'assemblage de cette maquette demande un minimum d'expérience en matière de maquettisme papier. Mais rien d'impossible, la preuve.

    Pour mémoire:

    Evitez au maximum de coller le revètement du fuselage sur les couples pour éviter l'effet" cotes de cheval"

    Le collage bord à bord sera adopté.... en prenant son temps. Il y a toujours quelque chose d'autre à faire pendant la prise d'un collage.

    QUELQUES PHOTOS DU MONTAGE...

    CAUDRON C362CAUDRON C362

                précision dans la découpe                            et dans le montage . INDISPENSABLE                                          

     

     CAUDRON C362CAUDRON C362

               le fuselage en version bêta                                            pose du revètement

    CAUDRON C362CAUDRON C362

                                   dessus                                                                        et dessous

    Ce modèle est disponible, comme mes autres créations, ici:

     http://pierreg.free.fr/carton/projet/myproj.htm

     

    Bons vols, et aventure à suivre.

     

     

    « MORANE SAULNIER AI (version MoS 30) de FRONVALGALLICA site de la B.N.F. »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :