• CAUDRON type C232 (partie 2/2)

    CAUDRON type C232 (partie 2/2)

    Poursuite de l'examen de ce modèle par un élément incontournable, j'ai nommé:

    Le bäti de montage

    La préparation de la "mise en croix" du modèle, avec la pose des mats et divers haubans, est la phase la plus délicate à réaliser. Du soin apporté à son exécution dépendra l'aspect final du modèle lui permettant d'accéder (ou non,) au statut très enviable de "Maquette".   

    La confection d'un bâti de montage est indispensable pour un biplan. Il vous facilitera la suite des opérations et garantira un bon équerrage final de l'ensemble.

    Pour ma part, j'ai repris l'idée imaginée pour le montage des "Stampe". La matière première est toujours du balsa, facile à découper et à coller (la même colle blanche que pour le papier). Les plus pressés pourront utiliser de la cyano spéciale bois. Les photos, ci-dessous, parlent d'elles même. La baguette supérieure est amovible et permet de bien plaquer le modèle sur la base du bâti.

     

    CAUDRON type C232 (partie 2/2)CAUDRON type C232 (partie 2/2)

                                      De face...                                                                   ... et arrière

    L'aile inférieure vient buter, à son emplanture, sur deux ronds de bois dur (cure dents) qui pincent le fuselage. L'arrière de ce dernier est soutenu par une cale de façon à reposer bien à plat sur le chantier. Deux épingles piquées en" X " immobiliseront le fuselage en rotation.

    De petites cales (4mm) sont glissées sous les saumons de l'aile inférieure.

    Pour maintenir l'ensemble bien en contact avec le chantier, j'ai positionné de part et d'autre des saumons deux cales d'une hauteur légèrement supérieure à la hauteur du modèle (une fois l'aile supérieure en place). Une baguette  (balsa toujours) sera épinglée sur ces dernières et plaquera le modèle sur le bâti. Si nécessaire on glissera des chutes de papier entre la baguette et l'extrados de l'aile supérieure.

    Pour terminer, les bords d'attaque des ailes seront en appui sur deux cales collées bien d'équerre car elles serviront de référence visuelle pour la mise en place des mats.

     Voila donc une façon de réaliser ce bâti. Mis à part le temps de séchage de la colle, il ne m'a demandé tout au plus dix minutes de travail et je peux envisager en toute sérénité la suite des opérations.....que voici.

    Après avoir enfilé les demi ailes inférieures sur leurs longerons et les avoir immobilisées d'un point de colle à l'emplanture, on percera les trous recevant les mats de cabane à l'intrados de l'aile supérieure. Une fois cette dernière en place, on positionne la maquette sur le bâti qu'elle ne quittera qu'une fois l'intégralité des mats et haubans posés.

    Mats et haubans

    L'ame des mats en cap est recoupée de façon à ne dépasser que de 0.5mm environ à leurs bases. Ceux ci sont fichés et collés (micro goutte de colle) dans les trous à l'extrados de l'aile inférieure. Ils sont ensuite positionnés verticalement, à l'oeil, en se référant aux cales d'appui des ailes et immobilisés par collage (micro goutte toujours) à leur partie supérieure. C'est l'opération la plus délicate mais en procédant mat par mat et attendant que la colle prenne on en vient facilement à bout.

    C'est la seule possibilité pour assurer le bon positionnement des mats. La solution consistant à percer préalablement des trous à l'intrados de l'aile supérieure pour recevoir la cap en partie haute des mats marche très bien, mais en théorie seulement. Un écart en inclinaison ne serais ce que de un ou deux dixième se voit à l'oeil nu, et croyez moi, c'est le détail qui vous "tue" une maquette.

    Si les mats sont indispensables, les haubans sont facultatifs mais ils contribuent grandement (comme pour l'avion grandeur) à la bonne rigidité de l'ensemble. Avec un zeste de patience et un soupçon de méthode on y arrive sans trop de difficulté.

    J'ai ma méthode, éprouvée sur une bonne dizaine de biplans précédents. Généralement les haubans se croisent. Sur les faibles longueurs (10mm environ, j'utilise du crin de nylon choisi avec soin et prélevé sur une balayette. Il y a le choix.

    Pour les plus grande longueurs, je me suis résolu à utiliser la corde à piano de 3/10 (magasin de modélisme), voir des aiguilles d'entomologiste si la longueur ne dépasse pas 25mm (longueur maxi des aiguilles les plus fines pour un diamètre de 25/100).

    Certes l'échelle n'est pas respectée. Un diamètre de l'ordre du 1/10 serait plus réaliste. On en trouve en fil de pèche voir en cap mais leur manque de rigidité est incompatible avec nos maquettes en papier. Ils auraient tôt fait de pendouiller, ce qui n'est pas admissible, et surtout irrattrapable.

    Les haubans sont ajustés visuellement en longueur et collés un par un (toujours la micro goutte de colle). Merci le bati que l'on peut prendre à pleine main et tourner dans tout les sens sans faire courir de risque à  la maquette.

    A propos de la colle, j'utilise exclusivement de la colle blanche de menuisier. Elle a l'avantage, tout en offrant un temps de prise plus long, de devenir invisible en séchant, si utilisée avec parcimonie, contrairement à la cyano qui laisse une trace brillante. Beurk.

    CAUDRON type C232 (partie 2/2)

    Le train d'atterrissage

    Selon mon habitude, les roues sont tournées sur une mini-perceuse. Les flasques sont coniques. En fait il s'agissait de profiler un tant soit peu les roues à rayon (héritage des avions de 14/18. Le trou d'accès à la valve de gonflage se situe sur les flasques extérieures.

    CAUDRON type C232 (partie 2/2)CAUDRON type C232 (partie 2/2)

                A peine 1/4 heure entre ces deux séquences, et des roues irréprochables

    Le train proprement dit est réalisé en corde à piano suivant le plan page 2.

    Les flancs devront être entaillés pour le passage de T4. Tout les collages se font à la colle blanche même pour de la cap.

    Les barres de renfort (rep 10) pourront être peintes en beige (conformité à l'originale non garantie, mais cela me plait). Par contre les autres éléments du train conserveront l'aspect acier de la cap nue.

    On peut maintenant poser l'habillage de dessous du fuselage en le galbant légèrement dans sa partie arrière.

    CAUDRON type C232 (partie 2/2)CAUDRON type C232 (partie 2/2)

    Equipements divers 

    Echappement

    Il est réalisé en scratch (tige plastique ou cuivre par exemple) suivant le plan 3 vues en planche 2 et sera peint en noir mat.

    Bequille

    Intercaler une feuille de bristol entre les deux faces au collage pour lui donner un peu d'épaisseur et de résistance.

    Câbles de commande de la dérive.

    Vraiment pour se faire plaisir car on ne les remarque pas. Juste la satisfaction d'avoir osé les représenter et il faut bien que j'utilise ma  bobine de 500m de cap de 1/10!

    Et pour ceux qui voudraient aller encore plus loin....

    Il faut savoir que les haubans principaux (les plus longs) étaient doublés. Qui osera les représenter en cap 1/10 au lieu de la simple cap de3/10? J'offre la cap!

    Quelques photos

    CAUDRON type C232 (partie 2/2)CAUDRON type C232 (partie 2/2)

    CAUDRON type C232 (partie 2/2)CAUDRON type C232 (partie 2/2)

    Epilogue

     Je considère ce modèle comme le plus abouti de mes créations, tant au niveau des planches que de la façon dont le modèle est traité, compte tenu de l'échelle que j'ai adoptée.

     Je me considère suffisamment familiarisé avec les logiciels que j'utilise (du moins pour ce à quoi ils me servent), pour pouvoir consacrer dorénavant plus de temps à la création de modèles.

     Certes, j'ai encore des progrès à faire, particulièrement avec Photoshop, mais un retour sur les anciennes planches est toujours possible. C'est tout le plaisir qu'offre la maquette papier, et je ne pense pas avoir atteint mon niveau d'incompétence en la matière, heureusement!

     Autre encouragement, et pas des moindres, la fréquentation croissante de mon blog  preuve que l'aviation française des années 30 intéresse quelques" félés" dans mon genre, d'autant plus que certains assemblent mes modèles!

    Trève de bavardage, au modèle suivant, et encore merci à ceux qui me procurent autant de satisfaction en s'intéressant à mon travail.

     Ce modèle est disponible GRATUITEMENT,( FREE DOWNLOAD), comme certains de mes autre modèles, sur le site de Pierre: 

    http://pierreg.free.fr/carton/projet/myproj.htm

    Bons vols.

    « CAUDRON type C232 (partie 1/2)CAUDRON type C272 "LUCIOLE" »

  • Commentaires

    1
    Michel VITEAU
    Samedi 22 Juillet 2017 à 09:16
    Michel VITEAU

    L'essai avec de la cap 1/10 me tente bien ! Où peut-on en trouver ?

    Comme tu dis, elle doit avoir tendance à se cintrée par la gravité.

    J'ai essayé d'enduire du fil à coudre d'encre de chine, mais ça reste encore souple, et ça fait bien 2/10 . .

    Pour le papier 160 g et l'échelle 1/66, oui, le résultat me plait bien, et pour certaines petites pièces enroulées, il faut réduire leur longueur ou la dédoubler. (les cylindres des moteurs en étoile notamment)

    Bonne journée, amitié, Michel

     

     

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :