• CLINOGYRE d'Odier et Bessière

    CLINOGYRE d'Odier et Bessière

     Dans les années 30, on était toujours à la recherche de la formule offrant la plus grande sécurité dans toutes les phases de vol. Le clinogyre fait partie de cette série d'appareils censés y répondre.

     

    Un peu d’histoire:

    CLINOGYRE d'Odier et Bessière

    CLINOGYRE d'Odier et Bessière

    CLINOGYRE d'Odier et Bessière

                                                                                                                   (Photos "glanées" sur le net)

    Le clinogyre pourrait être assimilé à un biplan dont l’aile inferieure est fixe et l’aile supérieure constituée par un rotor tournant par clinogyration, les deux systèmes portant  chacun, sensiblement, 50% du poids total.

    La portance d’une aile d’avion, excellente aux petits angles, est mauvaise aux grands, avec un risque de décrochage vers 15 à 18° d’incidence. Au contraire, la polaire d’une voilure tournante, très bonne aux grands angles, devient médiocre aux faibles incidences.

    Le clinogyre ne peut donc  se mettre en perte de vitesse, atterrit quasiment sur place (15 à 40 mètres aux essais), décolle facilement et est d’un pilotage aisé. Sa portance, en chute verticale, est sensiblement le triple de celle d’un avion sans rotor.

    Clinogyre et autorotation  (pour faire simple….)

    L’autorotation s’explique en considérant le rotor d’un simple moulinet tournant à vide et dont le pas des pales diminuerait de plus en plus : la vitesse de rotation augmenterait. Quand le pas deviendrait nul, la rotation continuerait ; elle subsiste d’ailleurs en cas d’attaque oblique du vent et peut s’effectuer aussi bien dans un sens que dans l’autre, suivant le sens du lancement.

    La clinogyration ne peut s’effectuer que dans un seul sens. Si l’incidence des pales près du moyeu est similaire à celle des pales du rotor d’un autogyre, elles sont tordues positivement vers leurs extrémités et deviennent, de ce fait, porteuses.

    Si le clinogyre est en chute verticale, la rotation produit une poussée qui ralentit la descente. En déplacement oblique, la variation des profils le long de la pale produit une action analogue. De là la justification du mot « clinogyration » : rotation due à l’incidence.

    Si la présence du rotor pénalise légèrement la vitesse de déplacement, sa présence accroit notablement la sécurité et réduit vitesses et distances de décollage et d’atterrissage.

    Le clinogyre d’Odier et Bessière

    Le CAUDRON C193 F-AJSH  n/c  4/6478 servit de support pour les essais du clinogyre. Cet appareil disputa le Challenge International des avions de tourisme du 21/07 au 5/08/1930 où il se classa 24eme sur les 35 finalistes avec 311 points (mini 160 maxi 31 piloté par Arrachart et Puillet.

    Bibliographie pour en savoir plus:

    -          Les Ailes du 23 juin 1932

    CONSULTER

    -          L’Aerophile de juillet 1932

    CONSULTER

    -          L’Aeronautique de septembre 1932

    CONSULTER

    Tous les documents ci-dessus: Source gallica.bnf.fr / BnF

    La maquette:

    CLINOGYRE d'Odier et Bessière

                                                                                                                            Source gallica.bnf.fr / BnF

    Le seul plan 3 vues "exploitable" est tiré de l'article paru dans l'AERONAUTIQUE de septembre 1932.

    Se reporter aussi à la présentation du CAUDRON  C.193 pour la cellule de cet appareil.

     A propos de la déco

     Seules différences avec la version ayant participé au Challenge International des avions de tourisme: le  n°19 a été apposé sur les cotés du capot moteur et la mention « clynogyre Odier et Bessière »  mentionné en lettres de couleur claire, sur les flancs du fuselage.

    Montage:

    Concernant le rotor, j’ai intercalé entre les deux faces des pales, une fine tôle en métal tirée d’une « étiquette de ferrailleur ». Le but étant, bien sûr, de leur assurer une certaine rigidité et de pouvoir leur donner le vrillage adéquat. Il est négatif à l’emplanture évoluant vers le positif en extrémité de pale.

    CLINOGYRE d'Odier et BessièreCLINOGYRE d'Odier et Bessière

              Renfort: étiquette de ferrailleur.....                   .......qui facilite la tenue du vrillage

    De plus, pour les perfectionnistes, le mat qui supporte le rotor doit etre légèrement incliné sur la droite (et non sur la gauche comme il l’est sur ma maquette). J’ai découvert l’info trop tard et j’avais une chance sur deux de me planter. Ce qui fut fait.

    Le haubanage du mat est en cap 3/10.

    Quelques photos:

    CLINOGYRE d'Odier et BessièreCLINOGYRE d'Odier et Bessière

    Un peu "mastoc" le rotor, mais il a été dessiné d'après le plan 3 vues ci-dessus.

    Pour téléchargement gratuitement le modèle, cliquez ci-dessous. 

    TELECHARGER

     ou sur le site de Pierre:

    http://pierreg.free.fr/carton/projet/myproj.htm

     Bons vols.

    « CAUDRON C193AEROMED, VOUS CONNAISSEZ? »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jean-Pierre LEMAN
    Dimanche 17 Septembre 2017 à 21:14

    bizarre comme engin, je ne sais pas si je serais monté à bord arf 

    2
    Michel VITEAU
    Mercredi 20 Septembre 2017 à 16:47

    Et encore un modèle très original ! Bravo Philippe !

    Je viens de commencer l'aérogyre . . .

    Merci et à bientôt, Michel

     

    3
    Mercredi 20 Septembre 2017 à 19:21

    Merci Michel, et bon montage. A la réflexion, j'aurais du laisser l'axe des ailes libre de façon à bien montrer que celles ci tournent, en soufflant dessus par exemple.

    Dommage qu'il n'y ait aucun marquage comme sur le clinogyre. Cela aurait ajouté à l'originalité du modèle.

    Je planche maintenant sur le D338. Un sacré morceau de 44cm d'envergure. Il y a un moment que j'hésitais à me lancer sur ce gros modèle même au 1/66. C'est chose faite.

    Amicalement

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :