• PEYRET MAUBOUSSIN TYPE XI

     

     

    PEYRET MAUBOUSSIN TYPE XI au 1/66

    J'ai un faible pour les avions originaux. La période de l'entre deux guerres fourmille, en France, de ces avions qui ont "de la gueule"....et une histoire.

    Notre patrimoine est particulièrement riche en la matière, ce sont, bien souvent des avions de formule originale, construits à peu d' exemplaires, avec les moyens limités de la construction dite "amateur".

    Le musée régional de l'air d'Angers Marcé regorge de ces trésors. D'aucuns sont exposés dans le vaste et lumineux hall, d'autres dorment dans la réserve (une véritable caverne d' Ali Baba) en attendant, peut etre, un jour, leur restauration.

    Je vous engage vivement à visiter ce dynamique musée à la collection particulièrement riche et bien mise en valeur, dont certains éléments sont maintenus en état de vol. L'accueil y est aussi compétent qu'agréable.

    Notre PM XI y prend un repos bien mérité en offrant au regard du public son fuselage d'"ULM avant l'heure".Il ne lui manque que ses ailes pour retrouver le chemin du ciel!

     

    Le choix du modèle:

    J'ai déjà dessiné le Peyret Mauboussin (PM X) que je vous ai présenté à la rubrique "mes creations au 1/66". Le projet de réaliser son successeur, le PM XI était dans les cartons, en attendant son tour de passer sur la planche à dessin.

    UN PEU D' HISTOIRE

     

    Louis Peyret s'est déjà illustré en concevant des aeronefs à ailes en tandem: l'Alérion et le Taupin, de futurs modèles à vous proposer un jour.

    Le PM XI est un petit biplace directement extrapolé du monoplace PM X. Comme ce dernier, il a été réalisé avec l'aide de Pierre Mauboussin.

    Deux exemplaires seulement ont vu le jour (F-AKFD et F-AJUL). Il étaient propulsés par un moteur SALMSON 9ADb de 45cv.

    Aux mains de René Lefevre son propriétaire, le F-AJUL effectua la liaison Paris  Madagascar en 1931, soit 12 550kms en onze jours, puis Paris Saigon en 1932 soit 13 400kms en dix jours.

    René Lefevre a ainsi parcouru plus de 80 000kms aux commandes de ce petit monoplan de faible puissance, performance remarquable pour l'époque.

    LA DOCUMENTATION

    - Un plan 3 vues, de mauvaise qualité et un descriptif sommaire ont été proposés dans la revue "les Ailes" de fevrier 1931. Cette présentation a été reprise dans la revue n°145 du NACA.

    - La " revue aeronautique de France" d'avril 1933 relate les vols de René Lefevre avec quelques photos en noir et blanc intéressantes.

    - Des photos couleur de la cellule, exposée au musée régional de l'air d'Angers-Marcé, sont visibles sur le net, ainsi que quelques photos en noir et blanc.

    - enfin je vous recommande le livre de Roger Gaborieau "l'aviation légère en France 1920 - 1942" qui traite, bien entendu des PM X et XI mais qui est une véritable source d'inspiration pour les amateurs, comme moi, de beaux avions originaux, et français, bien sûr. Cocorico.

    Le profil en tête de l'article est tiré de cet ouvrage. Il a été dessiné par Alban Dury, "profileur" de talent, réalisé directement à la vue du vrai. Facile pour l'accès, il est vice président du musée d' Angers Marcé! Toujours disponible, il m'est d'un grand secours dans mes recherches de documentation (c'est lui qui a mis en couleur les planches de mon stampe au 1/33). Merci Alban pour ton aide et ta réactivité.

    Cet appareil était pour le moins original, jugez en:

    - Une porte unique coté droit d'accès à la cabine.

    - les ailerons sont à double courbure et peuvent ètre relevés ou abaissés dans le même sens, modifiant ainsi le profil de l'aile et pouvant servir de volets à l'atterrissage

    - L'aile est fixée sur le haut du fuselage par quatre encrage disposés en carré. L'aile démontée peut etre tournée de 90° et refixée dans l'axe du fuselage. La partie haute de la dérive est équipée de charnière lui permettant de se rabattre horizontalement. L'aile dans cette position est soutenue par deux montants qui se rabattent le long du de la cabine en position de vol. De plus les jambes des amortisseurs désolidarisées de leur ancrage aux nervures viennent se fixer sur le dessus du fuselage.

    Le moteur est relié au fuselage par un chassis tubulaire fixé à la cloison pare feu par quatre boulons le rendant aisément démontable. Le capot de type N.A.C.A. en dehors de réduite la trainée, sert aussi de silencieux et permet de réchauffer l'air à l'admission

    - enfin, le train d'atterrissage peut ètre facilement remplacé par des flotteurs en utilisant les mêmes points d'encrage, le transformant rapidement en hydravion sous l'appellation PM XI bis.

    Sympa, non?

    LE DESSIN DE LA MAQUETTE

    Il va falloir se débrouiller avec ce que l'on a, c'est à dire le plan 3 vues pour la forme des ailes et de l'empennage horizontal, et les photos du fuselage pour le reste.

    PEYRET MAUBOUSSIN TYPE XI au 1/66PEYRET MAUBOUSSIN TYPE XI au 1/66

                          plan 3 vues                                                          photo de profil du fuselage

    PEYRET MAUBOUSSIN TYPE XI au 1/66

                                                                  ....et les photos d'époque

     

    UNE CINQUANTAINE D HEURES PLUS TARD...

    PEYRET MAUBOUSSIN TYPE XI au 1/66

    PEYRET MAUBOUSSIN TYPE XI au 1/66

    Concernant la disponibilité des planches, je reviendrai sur le sujet prochainement.

    LE COIN DU MAQUETTISTE ET DU SPOTTER

    Pour des raisons liées en particulier à l'échelle, j'ai simplifié la forme du nez. Le capot moteur proprement dit ne "file" pas, en réalité, en vue de profil, avec la partie avant du fuselage.Le nez est, en quelque sorte, busqué. Cela se voit sur quelques photos d'époque.

    Le profil a été réalisé directement au vu du fuselage existant, dépourvu de cet appendice, d' ou l'erreur d'interprétation.

    J'ai aussi rectifié, sur les planches de la maquette,  la forme du vitrage à l'extrados de l'aile, faux sur les photos ci-dessus. Je viens juste de mettre la main sur une photo de dessus du volatile ce qui m'a permis de rectifier cette erreur.

    Je ne m'étendrai pas sur la réalisation des éléments optionnels proposés, chaque maquettiste ayant ses solutions pour les réaliser.

    Bons vols.

     

     

     

     

    « COLLAGE DES VERRIERES, L'ARME ABSOLUE?HEMIPTERE »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :