• Comme beaucoup, (inutile de se voiler la face), je parcours vos sites" pirates" proposant en téléchargement gratuit des maquettes en papier qui, pour une grande majorité, sont proposées à la vente par leurs éditeurs, mettant à mal cette activité. Mais cela n'est pas l'objet de mon propos.

    Le 16 aout 2017, Pierre a positionné sur son site:  http://pierreg.free.fr/carton/projet/myproj.htm, trois de mes derniers modèles (l'Aérogyre, les Caudron C232 et C272) en en proposant les planches en téléchargement gratuit (comme tous les modèles que nous créons tous les deux d'ailleurs).

    Le 10 octobre 2017, les planches de ces 3 modèles sont apparues sur le premier des trois sites pirates que je surveille http://only-paper.ru/ soit 7 semaines après la mise en ligne des modèles par Pierre. Il est vrai que, volontairement, je n'avais pas indiqué la mise en ligne de ces modèles dans les articles les concernant sur mon blog, ce à quoi je remédierai la prochaine fois. Vous devez pouvoir faire mieux question réactivité.

    Rendez vous compte, grace à vous, de 35 visiteurs quotidiens en moyenne, mon blog a enregistré 89 visites le 10 octobre (record absolu). Par contre au niveau des pages vues, il n'a été que de 424 (record 494 le 16 aout 2017).

    Que vous mettiez mes modèles en ligne sur vos sites cela ne me dérange en rien.  Ce que je vous reproche est votre manque de courtoisie, à savoir proposer mes modèles par une simple photo de ceux-ci, sans aucune indication de provenance, alors que, pour ces trois derniers modèles, vous avez à votre disposition la même photo, mais agrémentée d'informations concernant mon activité.

    Alors, Messieurs les pirates, à défaut d'honnêteté intellectuelle, ayez un minimum de courtoisie.

    THIS IS FOR THE ATTENTION OF PIRATE SITES 

    As many people do (and sorry, there is no point in disguising this), I trawl your “pirate” sites, which offer free downloads of paper models.  For most people, these are offered for sale by the publishers, and this gives the whole thing a bad name.  But this is not my point.

      On the 16th of August, Pierre put on his site:  http://pierreg.free.fr/carton/projet/myproj.htm, three of my latest models (l'Aérogyre, les Caudron C232 et C272) – while offering free downloads of the drawings (as we do with all the models we both create, anyway).

       On the 10th of August 2017, the drawings of these 3 models appeared on the first of the three pirate sites that I monitor http://only-paper.ru/ which was 7 weeks after the up-date of the models by Pierre.  Yes, I had not mentioned putting the articles about them on my blog, which I shall correct next time.  You should be able to react more quickly.

      You must realise that, thanks to you, from an average of 35 visitors a day, my blog recorded 89 visits on the 10th of October (a record).  On the other hand, when it comes to the number of pages seen, it was only 424 (the record was 494 on the 16th of August 2017).

      It doesn’t upset me at all that you put my models on line on your site.  What I do criticize you of, however, is your lack of courtesy, in your putting forward my models with a simple photo, but without a single mention of their origin – whereas for these last three models, you have the same photo available, but enhanced with information about what I actually do.

      Therefore, as pirates, without any intellectual honesty, at least show a minimum of courtesy and good manners. 

                                                                                                                                                             Le Criquet

     

     


    votre commentaire
  • CAUDRON type C272     "LUCIOLE"

    Lorsque j’ai dessiné l’aérogyre de Chappedelaine (maquette n°39), j’ai du commencer par dessiner le fuselage du Caudron C272, puisque celui de l’aérogyre en était une extrapolation.

    Une bonne partie du travail se trouvant ainsi faite je ne pouvais faire autrement que  dessiner, à son tour, un C272.

    Un peu d'histoire

    Les Caudron série C270 sont une extrapolation du Caudron C232, lui-même issu du Caudron C60 de 1921.

    Le premier appareil de cette série vola en 1930. 

    Tous les apparedils de ce typ, du C270 au C278 furent  baptisés "Luciole" du nom de la jument qui servit à remorquer le premier planeur des frères Caudron en 1908.

    Ce fut un des avions les plus populaires de l’aviation légère française de l’entre deux guerres.

    Plus de 700 exemplaires du " Luciole" furent construits dont 433 dans la dernière version C.275 lancée en 1936 (moteur Renault 4Pgi de 80ch). 300 de ceux-ci avaient été achetés par le Gouvernement français pour l'entrainement de ses pilotes dans le cadre de l'Aviation populaire. 

     Choix du F-AZAL  

    Cet appareil a été restauré et remis en état de vol par l'Association Aero Retro de Saint Rambert d'Albon. A l'issue de cette restauration, Il reçu l'immatriculation F-AZAL en 1973.

    La livrée bleu france qui lui a été appliquée n'était sans doute pas due au hasard, elle n'est pas sans rappeler la couleur des avions CAUDRON RENAULT qui disputèrent les célèbres courses Deutsch de la Meurthe. Les avions engagés devaient etre revétus d'une couleur représentant leur pays d'origine, d'ou ce bleu devenu célèbre pour notre pays.

     Cet appareil serait à l’origine le C272 n°16 F-PJKE de 1930 remotorisé par un Renault 4Pgi de 100cv devenant ainsi un 272/5.

    Il est toujours en état de vol mais a changé de livrée pour adopter celle d’un appareil ayant servi dans notre armée de l’air.

    La défunte revue RCM avait publié, en son temps, un article sur la remarquable maquette radio-commandée qu’en avait fait Yvon Mourier pour concourir aux championnats du monde de la discipline.

    Mon choix était donc fait.

    CAUDRON type C272     "LUCIOLE"CAUDRON type C272     "LUCIOLE"

               La maquette radio commandée et son train d'atterrissage. Remarquable!

    L’article nous en propose un plan 3 vues à bonne échelle (1/60 environ) de qualité, puisque figure sur celui-ci la mention manuscrite « certifié conforme »! On ne peut souhaiter mieux!

    CAUDRON type C272     "LUCIOLE" Bibliographie

    Outre la revue cité ci-dessus :

    -       « LES AVIONS CAUDRON » tome 1 de André Hauet aux éditions LELA PRESSE

           Le Fana de l'Aviation n°274 de septembre 1992 où est présenté le C275 restauré par les "Ailes Anciennes de la Baule"

    Le   Le NET, bien sûr, ou l'on peut consulter de nombreuses photos de l'avion grandeur, et même suivre le montage de la maquette citée ci-dessus. très intéressant.

          

           Pour en savoir plus:

            Comme pour le C232, la voilure est entoilés. Délaissant le contreplaqué pour le revètement du fuselage et de l'empennage, l'ingénieur Deville qui avait aussi dessiné le C232, a préféré un recouvrement en toile gagnant ainsi sur le poids.

            Si les ailes sont toujours repliables, elles ont du subir de légères modification de structure pour pouvoir s'adapter à la nouvelle configuration du train d'atterrissage. Sur le C232, la jambe élastique verticale était contre-ventée par un mat en diagonale prenant appui sur le longeron supérieur du fuselage, ce mat disparait sur le C270.

            Dans l'ensemble, la cellule reste identique pour les différentes versions qui se différencient surtout par la motorisation.

          C270 première version de production. Moteur Salmson 7Ac en étoile (82 exemplaires).

          C272 Moteur Renault 4 Pb de 95ch (52 exemplaires)

          C273 Moteur Michel R At-3 de 100 ch (13 exemplaires)

          C274 Moteur Chaise H de 120 ch (1 exemplaire)

          C278 Moteur Salmson 9Nc de 135 ch (1 exemplaire)

          C276 Moteur DH. Gipsy III de 105 ch (7 exemplaires)

          C272/2 Renault 4 Pei de 100 ch (22 exemplaires)

          C272/3 Renault 4 Pdi de 120 ch (15 exemplaires)

          C270/1 Salmson 7 Aca de 105 ch (projet)

          C271/2 Lorraine 5 Pb de 110 ch (5 exemplaires)

          C272/4 Renault 4 Pei de 140 ch (21 exemplaires)

          C272/5 Renault 4 Pgi de 100 ch (80 exemplaires)

          C275 Renault 4 Pgi de 100ch (433 exemplaires construits)

          C275/1 Renault 4 Pdi de 120ch (1 exemplaire)

          C277 Renault 4 Pei de 140 ch (9 exemplaires)

          C275 R Renault 4 Pgi de 100ch (F-BBAZ)

          C277 R Renault 4 Po3 de 140 ch (F-BDJR ex C275)

    C   C276 H Hirth HM-504 de 110 ch (2 exemplaires à cabine fermée) 

          Montage

            Il suffit de se référer à la présentation du C232 car identique mis à part quelques détails..

            Les différences portent sur le capot et son plastron du fait que le moteur passe en position inversée, le train d'atterrissage et le haubanage de l'empennage, celui-ci étant entoilé (et non recouvert de contreplaqué ce qui garantissait une totale indéformabilité de l'ensemble).

          La partie du train réalisée en cuivre sera peinte couleur alu. Le renfort rep 10 et les mats rep 17 en bleu.

          Les tubulures d'échappement sont tirées d'aiguilles de seringues. Les deux les plus près du plastron sont jointives.

            En ce qui concerne la pose des mats de cabane et d'ailes, la méthode utilisée pour les "Stampe" est plus simple que celle décrite dans la présentation du Caudron C232.

          http://criquet11.eklablog.fr/stampe-sv4c-f-bdcq-jean-sallis-1986-a125744610

          et que je reproduis ci-dessous:

     "Je l'ai réalisé à partir de chutes de balsa (la boite à rabiots), plan sur la planche 3 de la maquette. Première opération: coller les mats sur l'extrados de l'aile inférieur en leur donnant approximativement l' inclinaison finale.

    On met ensuite en place l'aile supérieure en collant l'extrémité des mats dans l'intrados de l'aile (vous avez réalisé les trous correspondants au préalable j'espère....)

    L'ensemble est un peu délicat à manipuler aussi le glisser dès que possible dans le bâti. Mettre en place la barre transversale. En glissant éventuellement des petites cales en papier au milieu, vous descendrez la partie centrale de l'aile jusqu'à une distance (visuelle) d'entre-plan correct. Rappelez vous, comme le disait "le Saint Patron: Henri MIGNET",  l'oeil est un superbe outil pour s'assurer d'une géométrie correcte.

    Il faut maintenant mettre en place les mâts de la cabane. Pas facile mais le fait que tout soit bien immobilisé dans le bâti, facilite grandement l'opération"

    Maintenant, à vous de voir.

           Quelques photos

          CAUDRON type C272     "LUCIOLE"CAUDRON type C272     "LUCIOLE"

                        Bâti identique au C232                                 Noter les encoches pour recevoir le train

          CAUDRON type C272     "LUCIOLE"CAUDRON type C272     "LUCIOLE"

          Perçage délicat des flancs si choix de cette méthode          Echappements (deux jointifs) 

         

    CAUDRON type C272     "LUCIOLE"

                                                               vue de dessus (histoire de)

    ce modèle est disponible GRATUITEMENT,( FREE DOWNLOAD), comme certains de mes autre modèles, sur le site de Pierre: 

    http://pierreg.free.fr/carton/projet/myproj.htm

    Bons vols 

     

     

     

     

     

     

     

    -           

     

     

     


    2 commentaires
  •  AEROGYRE de CHAPPEDELAINE

    Un peu d'histoire:

    Etudié dans les années 30/34 par M. Chappelaine avec la collaboration de M. Desgrandschamps, l'Aerogyre devait résoudre le problème de l'atterrissage à très faible vitesse.

    Le principe:

    "Une surface allongée placée dans un courant d'air et mobile autour de son grand axe de symétrie, tourne indéfiniment autour de cet axe et engendre une portance beaucoup plus élevée que celle obtenue avec la même surface fixée cependant sous l'angle le plus favorable".

    Dans le cas qui nous concerne, il est fait appel à l'effet de rotor produit par une aile que l'on laisse tourner librement autour de son axe longitudinal. Des disques, aux extrémités des ailes, limitent les pertes marginales, et, de ce fait, accroissent le rendement.

    Si la vitesse de rotation est mécaniquement accélérée, on constate une notable amélioration des performances.

    Ainsi le vol normal pouvait etre effectué avec le rotor fixe, travaillant comme une aile ordinaire,  en ne le débrayer que pour revenir au sol (vitesse de rotation de 3 tours - seconde).

    Performances escomptées:

    Alors qu'un avion de caractéristiques similaires (100cv pour 700kgs), en proposant une vitesse de croisière identique de 140km/h environ, l'Aérogyre, en configuration "auto rotation," pourrait se poser en 45m à 35km/h, alors que l'avion nécessiterait une distance de 150m à 65km/h. Dans le cas ou la rotation des ailes serait mécaniquement amplifiée, la vitesse d'atterrissage pourrait etre réduite à 35km/h et la longueur de roulement ramenée à 36m (avec usage des freins dans tous les cas de figure).

    Descriptif:

    L'Aérogyre se compose d'une aile tournante de 12m² surmonté d'une petite aile fixe de 6m² pour disposer d'un système de gauchissement.

    Toutefois, l'Aérogyre définitif ne comporterait que des ailes rotatives susceptibles d'ètre immobilisées. Un mécanisme à différentiel permettra au pilote de faire varier la vitesse d'auto-rotation de chacune des ailes lorsqu'elles tourneront, ou de faire varier leur incidence dans le cas  de vol en ailes fixes.

    De plus, par l'intermédiaire d'une transmission et d'un embrayage, il serait possible d'activer, grâce au moteur,la rotation des ailes de façon à renforcer, à volonté, l'hyper sustentation de la voilure.

    Cette disposition de voilure a été montée sur un fuselage de Caudron Luciole dont certains éléments ont été renforcés, et la dérive notablement agrandie. Comme l'Aérogyre doit revenir au sol sous une pente très raide, de 30 à 35° sur l'horizontale, avec une vitesse verticale de de 4 à 5 mètre à la seconde, la firme Messier a construit, pour cet appareil, des jambes élastiques à grande course.

    Epilogue:

    Lors d'essais de mise au point menés près de Chevreuse, une pièce s'étant rompue, l'Aérogyre s'abattit dans un jardin de la commune de Magny les Hameaux et fut complètement détruit. Le pilote, Roger Rigaud, a été tué sur le coup.

    A ma connaissance, l'exploration de la formule en resta là.

    Principales références: Les Ailes n°668 et 670 des 5 et 19 avril 1934, L'Aeronautique de décembre 1934, L'Aerophile de mai1934.

    La maquette:

    AEROGYRE CHAPPEDELAINE

     

                                                                                                                            (Source gallica.bnf.fr / BnF)

    Je suis parti du plan 3 vues paru dans l'Aéronautique de décembre 1934 (ci-dessus) qui est le plus "soigné" de ceux que j'ai pu trouver. Les Ailes n°671 nous donne les dimensions clés de cet appareil. Comme le fuselage est issu de celui du Caudron - Luciole, trouver un plan de ce dernier est chose relativement aisé.

    Les ingrédients, quoique limités, étant suffisants, rien ne s'opposait à la réalisation d'une maquette de cet appareil pour le moins original.

    Je ne vais pas vous décrire le montage pas à pas de cette maquette sachant que je me suis déjà livré plusieurs fois à ce genre d'exercice. La présentation des planches et le mode opératoire sont les mêmes pour toutes mes créations au 1/66. J'ai élaboré un standard qui me convient, et je m'y tiens.

    Je vous propose donc une série de photos qui devrait permettre, à ceux qui désireraient tenter l'aventure, de s'y retrouver sans peine.

    ce modèle est disponible GRATUITEMENT,( FREE DOWNLOAD), comme certains de mes autre modèles, sur le site de Pierre: 

    http://pierreg.free.fr/carton/projet/myproj.htm

    AEROGYRE de CHAPPEDELAINEAEROGYRE de CHAPPEDELAINE

    AEROGYRE de CHAPPEDELAINEAEROGYRE de CHAPPEDELAINE

    Bons vols.

     


    votre commentaire
  • Suite à l'exposition de Palavas, je m'étais ouvert sur la façon dont j'envisageais de présenter, à l'avenir, mes maquettes  au 1/66 de façon à "accrocher" le regard du visiteur.

    L'idée est de les présenter sur un socle minimaliste, pouvant éventuellement évoluer en mini diorama.

    Après quelques copeaux liés au fait que je pensais initialement réaliser ces présentoirs en bois, je suis finalement revenu au papier (on ne se refait pas....)

    Le plus difficile est de déterminer l'espace visuel que devra occuper la maquette par rapport au socle, ce dernier ne devant servir qu'à la mettre en valeur.

    Bien que cela complique un peu la mise en forme, j'ai adopté l'idée d'une fine bordure en arrière et sur les cotés. Je trouve que cela contribue à faire ressortir la maquette.

    Après plusieurs essais de dimensions et de textures je pense etre parvenu a quelque chose de correct et voila le résultat concernant le Potez 36.

    Le socle fait 140*120*15. La hauteur peut etre réduite, mais comme je ne pense pas en rester là de mes essais en "coiffant"le tout d'un couvercle transparent, j'ai volontairement conservé une hauteur significative pour assurer un bon guidage de la coiffe.

     

     

     


    votre commentaire
  • En parcourant les anciennes revues de "L'AERONAUTIQUE", l'ancien "dessineux" que je suis, ne peut qu'ètre en admiration devant les dessins techniques de J. GAUDEFROY.

    A l'époque (années 30), tables à dessin, Té et équerres en bois, étaient les outils des dessinateurs.

    Si l'on pouvait s'aider de ces outils pour un dessin en perspective cavalière, pour les dessins avec point de fuite, il n'y avait d'autre solution que le dessin à main levée.

    A la précision et à la rigueur du dessin technique, J. GAUDEFROY allie une parfaite maitrise de la mise en page.

    L'expression "un dessin vaut mieux qu'un long discours" prend, ici, toute sa dimension. A déguster sans modération.

    Pour ceux qui n'ont pas le temps de consulter ces revues (Gallica), deux exemples tirées de planches prises un peu au hazard parmi des centaines réalisées par ce dessinateur de talent.

    LES CROQUIS DE J.GAUDEFROY

     Admirez le réalisme du dessin de ces culasses. Le volume est parfaitement rendu par des ombres placées judicieusement.

    LES CROQUIS DE J.GAUDEFROY

     Et la précision dans le dessin technique.... L'arbre de la manivelle se termine par une vis sans fin qui entraine en rotation une roue dentée. Un pignon fixé sur l'axe de cette roue dentée entraine une chaine sur laquelle est fixée un index gradué matérialisant la valeur du déplacement du trim engendré par la rotation de la manivelle.

    Selon une expression consacrée: c'est clair, net et précis!

     

     


    votre commentaire
  • POTEZ 36-13 de la société l'Economique

    Ce modèle fait partie de la série consacrée au Potez 36 et fait suite aux modèles d'Assolant et Lefèvre précedemment présentés. La reproduction de la déco, particulièrement fournie, a été, pour moi, un nouveau défi.

     Un peu d'histoire

    Cette société importait, en France, les carburants et lubrifiants Stanavo, dans les années 30.

    Jean Assolant, vainqueur de l'Atlantique Nord sur "l'oiseau canari" est employé, en temps qu'inspecteur, au sein de cette société.

    POTEZ 36-13 de la société l'Economique

                                          Pub Stanavo dans la revue Les Ailes (juin 1931)

    Il utilisera cet appareil pour ses déplacements, totalisant à son bord quelques 270 heures de vol, tant en France qu'à l'étranger, pour un total de 30000km.

    Il "baladera" son Potez 36 un peu partout en 1930 et participera à de nombreux évènements: courses d'avions de tourisme,meetings, concours de précision d'atterrissages et autres manifestations aeronautiques. Il effectuera de nombreux déplacements sur les aerodromes de la région parisienne ainsi que des baptèmes, des présentations etc.

    Le Potez 36-13 est équipé d'un moteur Salmson 7Ac en étoile d'une puissance de 95cv. Mise à part la motorisation et les contraintes liées à cette motorisation, sa cellule est identique à celle du Potez 36-14.

    Près d'une centaine d'exemplaires de ce type furent produits.

    La maquette

    Mise à part le moteur, on peut se rapporter aux photos illustrant l'article consacré aux Potez 36-14 d'Assolant et Lefevre et, plus particulièrement, celles concernant l'avion ailes déployées, évidemment.

    POTEZ 36-13 de la société l'Economique

                                           Photo du moteur Salmson 7Ac (l'Aeronautique 1929)

    Ci-dessous quelques photos concernant l'évocation (plutôt que reproduction) du moteur Salmson. Pas bien gros au 1/66 mais on peut quand même pinailler un peu.

    POTEZ 36-13 de la société l'EconomiquePOTEZ 36-13 de la société l'Economique

           roulage et tronçonnage des cylindres                              pose des culasses

    POTEZ 36-13 de la société l'EconomiquePOTEZ 36-13 de la société l'Economique

                                 le carter moteur                            mise en place des cylindres

    Il est possible de poursuivre le détaillage en représentant les tiges de culbuteurs (cap 3/10), l'anneau de l'échappement (rondelle de carton évidée) et plus selon habileté et acuité visuelle!

    POTEZ 36-13 de la société l'Economique

     

    Quelques photos toujours sur mon terrain privé. Noter le beau ciel (toujours) bleu du Lauragais!

    POTEZ 36-13 de la société l'EconomiquePOTEZ 36-13 de la société l'Economique

    Bons vols.


    votre commentaire