• SO9000 TRIDENT au 1/33

    DSC01884DSC01888

     

    DSC01893

     

     

    ANSWER nous propose, au 1/33, la maquette du TRIDENT II 9050 001 (lettre T à l’arrière du fuselage). C'est sur cet appareil que Charles GOUJON, pilote d’essais de notoriété, trouva la mort.

     

    Il s’agit d’une évolution du TRIDENT I dont il se distingue principalement par la modification train principal, pour éviter aux gouvernes latérales de toucher le sol au décollage.

     

    Cette version est équipée de turbo réacteurs DASSAULT MD30 VIPER 5 et de fusées SEPR 63 à 2 chambres (au lieu de la  SEPR 48 à 3 chambres) qui privilégient la durée au détriment de la puissance.

     

    Enfin, le poste de pilotage est muni d’un saute vent en cas d’arrachage de la verrière en vol.

     

    La maquette, de difficulté indiquée 2/3, est minimaliste, mais la précision du dessin des pièces est remarquable.

     

    HISTORIQUE

     

    Le TRIDENT a été développé pour répondre à deux principes : pouvoir voler loin et longtemps et, si nécessaire, pouvoir « pousser une pointe ».

    Les turbo compresseurs alliés à des fusées liquides permettant de fulgurantes accélérations, étaient une réponse à ce besoin.

     

    C’est  le début de l’aventure des TRIDENT dont WIKIPEDIA en résume très bien l’histoire.

     

    http://fr.wikipedia.org/wiki/SO.9000_Trident

     

    Je ne peux que  vous recommander les articles du FANA DE L AVIATION sur le sujet , des numéros 66 (mai 1975) au numéro 78 (mai 1976).  A noter  les numéros 74 et 367 où figurent de  belles photos couleur de cet appareil.

     

    Cet appareil est équipé d’un engin MATRA air-air R-052. Sur certaines photos, le missile est peint par moitié rouge et blanc. Sur d’autres photos, il semble de couleur uniforme. Je l’ai donc laissé blanc comme proposé par ANSWER.  

     

    La présentation de la pochette, malgré sa sobriété, est  engageante. Le rendu alu des planches est séduisant et la notice, comportant des vues de détail, suffisamment explicite pour se lancer dans le montage, sans besoin d’explications complémentaires.

     

    J’ai réalisé un montage « from the box », malgré la conception minimaliste du modèle. Un « super détaillage » est toujours possible sous réserve d’une documentation suffisante, ce qui n’était pas  mon cas.

     

    Inutile de vous détailler ce montage par le menu, je me contenterai de vous rappeler et de vous donner les conseils suivants :

     

    -          Vaporiser un fixatif sur les planches avant montage.

    -          La couleur alu, si elle est réaliste, est très fragile. Tout marque, donc attention aux traces de colles et  de doigts.

    -          Eliminer au maximum les traits noirs des contours des pièces lors du découpage (plus facile à dire qu’à faire).

    -          Je suggère aussi le collage bord à bord des pièces avec renfort au papier de soie. Cela évite les surépaisseurs disgracieuses (voir rubrique tour de main).

    -          Pour la même raison, toutes les parties tubulaires de faible diamètre seront au préalable délaminées  (voir rubrique tour de main).

    -          Préférer les découpes au cutter pour les zones de collage bord à bord. La découpe est plus nette qu’avec une paire de ciseaux.

    -          Utilisation d’un feutre PILOT  SUPER COLOR SILVER pour la mise en couleur des champs. C’est simple, pratique et donne un excellent résultat.

     

    POINTS PARTICULIERS

     

    POSTE DE PILOTAGE

    Une photo en noir et blanc figure en page 6  du FANA 73 (oct 1975). Vous pouvez l’améliorer en faisant figurer, par des touches de peinture de couleur, les différents boutons et témoins.

     

    Une goutte de « crystal clear » simulera la vitre des instruments de la planche de bord.  

     

    Inutile de trop pinailler car peu de chose restera visible à travers la verrière, sauf si vous décidez de la représenter ouverte…..mais ceci est une autre affaire !

     

    TRAINS D’ATTERRISSAGE     

     

    Les roues du train principal seront tournées (voir rubrique tour de main) et la roue du train avant mise en forme à la main compte tenu de sa petite taille.

     

     Un plat pourra ètre effectué sous les pneus pour simuler leur écrasement au sol.

     

    Une photo,  page 6  du FANA 73 (oct 75), donne une bonne idée de la forme des pneus.

     

    Les jambes de train seront à renforcer par une âme en c.a.p. Si la représentation de la jambe avant à fait l’objet d’un certain soin, il n’en est pas de même de celles du train principal qui sont simulées par un simple tube de papier ce qui est on ne peut plus minimaliste.

     

    Si c’était à refaire, je travaillerais un peu plus cette partie.

     

    FUSELAGE

    Le seul point délicat se situe au niveau des couples D et D’, au droit du poste de pilotage. Présenter les pièces et les ajuster avant collage. Sinon, penser à glisser du plomb dans la pointe avant si vous voulez que votre appareil repose bien sur ses roues.

     

    Pratiquer les évidements (logement trains par exemple) une fois les troncs de cône assemblés.

     

    Renforcer fixation train principal par collage blocs balsa sur pièce N (liège indiqué).

     

    J’ai laissé les aéro-freins en position ouverte (bien qu’au sol, ils semblent toujours fermés). Par contre j’ai modifié leurs vérins en enroulant le papier sur de la c.a.p. pour en figurer le corps et en laissant dépasser un bout de cette c.a.p. pour en simuler la tige.

     

    VERRIERE

     

    Bien entendu elle est transparente. Du rhodoid tres fin vient prendre place à l’intérieur de l’armature.

    Collage à la cyano liquide. Opération délicate que j’ai toujours du mal à réaliser, mais avec l’expérience cela devrait s’améliorer.

     

    CONCLUSION

     

     Mon premier jet en papier.

     

    Bien que constitué d’un nombre de pièce limité, il demande beaucoup de soin dans son assemblage.

    L’empilage des troncs de cône le constituant n’est pas une mince affaire et en représente la principale difficulté.

     

    Merci à ANSWER de nous avoir proposé cette maquette d’un avion français qui a marqué l’histoire de l’aéronautique française.

    « BREGUET XIV B2 au 1/33NIEUPORT 23 au 1/33 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :